La présence d’une mare permet d’accueillir de nouveaux habitants dans votre jardin comme des libellules, grenouilles,… D’une part, elle permet de diversifier les zones de refuges naturelles et d’autre part, elle fournit un « garde-manger » pour d’autres espèces. Parmi elles nous pouvons citer l’Hirondelle qui viendra se restaurer des insectes qui se développeront dans la mare.

Associée à des zones refuges comme des tas de bois, pierre ou jachères, vous optimiserez la fonctionnalité de votre mare. Par exemple, les grenouilles, lors de fortes chaleurs ou pour hiberner en hiver, vont se cacher dans des tas de bois, des vieilles souches ou dans les murets.

Enfin, une mare va attirer des espèces auxiliaires utiles au jardinier, tels les crapauds mangeurs de limaces.

Il n’est pas utile d’avoir des hectares et des hectares de terrain. Trois mètres carrés suffisent à créer un petit paradis de biodiversité !

Mare – site de Sailles – Saint-Nectaire (63) © LPO AuRA

Quelques conseils :

Où ?

De préférence dans un endroit sec et plat, dégagé, au niveau le plus bas de votre propriété. Il ne doit pas y avoir trop d’arbres autour pour ne pas que les feuilles y tombent, ce qui appauvrirait l’oxygène (eutrophisation).

Comment ?

– Diversifiez les contours (forme des berges, endroits végétalisés, pentes douces ou abruptes).

– Préférez les courbes aux formes géométriques pour multiplier la création de micro-habitats différents.

– Veillez à ce que les bords de votre mare soient au même niveau partout. Pour cela utilisez un niveau à eau.

– Créez des paliers successifs jusqu’à une profondeur de 80 à 120 cm. Il est bien de diversifier les profondeurs afin d’éviter le gel total en hiver et l’asséchement complet en été.

– Une partie des berges doit être en pente douce (<20°) car ceci facilite l’entrée et la sortie des batraciens et des mammifères, et le bain des oiseaux.

– S’il le faut, imperméabilisez le fond de la mare (argile, bac préformés, bâche PVC ou EPDM) et creuser 15 cm de plus pour laisser de la place.

– Conservez une petite plage sans plantes pour que les oiseaux viennent s’y abreuver.

– Aménagez les abords avec du sable, graviers, tas de pierres et de bois.

– Connectez la mare aux haies ou bosquets. Les batraciens passent la plupart de leur temps sur terre (phase terrestre) et n’utilisent l’eau que pour se reproduire.

La flore : Préférez la colonisation naturelle par la flore aquatique. Vous pouvez prélevez quelques plants autour d’une mare dans la campagne alentour, à raison d’un ou deux exemplaires de plantes de rives (myosotis, jonc, menthe aquatique…), de plantes semi-aquatiques (iris d’eau, roseau…), flottantes (nénuphars) ou submergées (myriophylle, élodée). Proscrivez les espèces exotiques ! Repiquez-les avant la fin juin.

La faune : N’introduisez aucun animal et surtout pas de poissons qui risquent de dérégler l’équilibre biologique de la mare ! Votre point d’eau sera colonisé naturellement par la faune : Grenouilles et libellules peupleront spontanément et rapidement cette petite réserve naturelle !

Et pour l’alimentation en eau de votre mare, pensez à récupérer les eaux pluviales !

Entamez les travaux de construction de décembre à mars. La flore et la faune coloniseront ce nouvel espace d’avril à juin.

Consultez la fiche Refuge LPO « Une mare naturelle au jardin »