… aussi bien en termes d’essences que de structures végétales. En privilégiant une végétation diversifiée (gazon, pissenlits, mousses, fleurs, plantes diverses, buissons, haies, arbustes, arbres…) vous fournissez à la fois un abri et favorisez le développement d’insectes, ressource alimentaire pour nombre d’espèces. En proposant différents niveaux de strates végétales, vous favorisez d’autant plus l’accueil de la faune et de la flore sauvages, car des racines à la cime il y a un logement naturel pour chacun. Surtout, choisissez des espèces locales adaptées. Consultez le livret Refuge LPO « Les aménagements naturels au jardin »  page 4 à 11, vous y trouverez tous les conseils nécessaires : https://refuges.lpo.fr/partager/ressources/ressources-pedagogiques/livret-les-amenagements-naturels-au-jardin

Laissez autant que possible la végétation se développer naturellement, sans taille ni élagage et veillez à garder du bois mort sur pied et au sol. Plus largement, pensez à laisser aussi des bandes enherbées le long des haies, des murs, des palissades, autour des cabanes de jardin et des arbres sur 1 m de large et à créer des passages entre les jardins (type passage à microfaune métallique hérisson ou en utilisant du grillage à grandes mailles, plus perméable à la faune sauvage).