Sports de nature et faune sauvage : la LPO agit avec le projet Biodiv’sports

Sports de nature et faune sauvage : la LPO agit avec le projet Biodiv’sports

Le milieu naturel est un milieu exceptionnel et fragile. De nombreuses études scientifiques menées ces dernières années tendent à prouver l’impact du dérangement et donc des pratiques de sports de nature sur certaines espèces (comme les rapaces par exemple). Certaines espèces sont plus sensibles au dérangement que d’autres et doivent faire l’objet d’une attention particulière.

La LPO a initié et coordonne le programme Biodiv’sports qui a pour but de diffuser sur les plateformes qui recensent des itinéraires en milieu naturel les informations concernant la présence de la faune et la flore sauvage sensible au regard de loisirs qui peuvent être pratiqués sur certains territoires. Ce projet est co-porté par de multiples partenaires dans les Alpes et partout en France.

Le projet se fonde avant tout sur des démarches de concertation locales visant à la prise en compte des enjeux environnementaux dans la pratique sportive et a pour objectif de faire connaître ces démarches auprès de tous via des outils numériques.

Concrètement, la LPO travaille en relation étroite avec les gestionnaires d’espaces naturels, fédérations et clubs de sports de nature pour définir des zones de quiétude pour la faune. Ces zones de quiétude sont définies en fonction des exigences des espèces mais aussi en concertation avec les pratiquants de sports de nature. Le projet est animé dans une logique de dialogue afin de trouver un compromis qui renforce l’adhésion et donc le respect des zones établies.

Une fois ces zones définies des démarches de communication et de sensibilisation sont associées à cette initiative auprès des pratiquants de sports de nature. L’objectif étant de faire connaître les zones sensibles, sensibiliser à la fragilité de certaines espèces et communiquer sur les bonnes pratiques à adopter pour limiter l’impact sur la faune sauvage.

La LPO espère ainsi mener un action concrète de protection des espèces en limitant l’impact des activités humaines sur les périodes clé du cycle de vie d’espèces à enjeux.

Ces zones sont absolument à éviter, même pour les ornithologues et les photographes. Il est important d’être exemplaires et de ne pas prendre le risque de faire échouer la reproduction des espèces que nous souhaitons protéger !

Retrouvez la carte des zones sensibles : https://biodivsports-widget.lpo-aura.org/map.html?apiUrl=https://biodiv-sports.fr/api/v2/sensitivearea/?format=geojson&page_size=10000&language=fr

Retrouvez des conseils par pratiques sportives : https://mediationfaunesauvage-aura.org/sport-et-biodiversite/

Si vous souhaitez en savoir plus n’hésitez pas à nous contacter : adrien.lambert@lpo.fr