Suivre le Chat forestier pour étudier la fonctionnalité de la trame boisée sur le territoire Cœur de Savoie

Le Chat forestier (Felis silvestris), aujourd’hui protégé, vulnérable à l’échelle régionale est considéré comme en danger critique pour la Savoie. Sa présence est indicatrice d’une continuité fonctionnelle des zones boisées possédant des arbres âgés (dont les cavités sont favorables à son gîte) et également fortement imbriquées avec de nombreuses zones ouvertes (terrains de chasse) (CSRPN Auvergne, 2010).

Actuellement, le Chat forestier est en expansion depuis le Nord-Est de la France vers le Sud du pays. La Savoie fait partie des zones géographiques en front de (re)colonisation. En 2017, un travail de suivi à partir de pièges photographiques sur le PNR de Chartreuse a montré le retour du chat forestier et sa reproduction sur l’ensemble du territoire du Parc, jusqu’à 1500 m d’altitude au moins en été. L’espèce est également présente en Bauges et suspectée en Belledonne.

La fonctionnalité des corridors écologiques du territoire de Cœur de Savoie, entre Bauges-Chartreuse, Chartreuse-Belledonne et Bauges-Belledonne est donc déterminante pour l’expansion de l’espèce en Savoie.

Dans le cadre du contrat vert et bleu de Cœur de Savoie, la LPO porte ainsi une action pour évaluer la fonctionnalité de la trame boisée par le suivi du Chat forestier. Cette action est financée à 80% par la Région Auvergne Rhône-Alpes. 

Ses objectifs principaux sont d’:

– Aider à la décision pour la stratégie foncière des espaces forestiers en priorisant les secteurs de la trame boisée à préserver ou restaurer

– Evaluer la connectivité de la trame boisée

– Améliorer les connaissances sur le phénomène inédit de recolonisation du Chat forestier et sur les caractéristiques de son habitat et de ses voies de déplacements.

Le suivi du chat forestier entamé en 2020 a été axée pour la 1ère année sur le corridor Bauges-Chartreuse. Les habitats potentiels et des corridors boisés potentiellement utilisés par le chat forestier ont été identifiés à l’aide d’un logiciel de modélisation écologique.

A partir de cette première cartographie, la localisation des pièges photos a été définie au sein de zones nodales et de corridors boisés sur les communes de Chignin, Myans, Apremont, Les Marches et Francin. La pose des pièges a été effective à partir de juillet 2020 pour un an sur ces secteurs. Les relevés en cours n’ont pas encore permis de détecter l’espèce. Le vol de plusieurs pièges-photos a porté préjudice au suivi.

La cartographie des habitats potentiels et des corridors boisés potentiellement utilisés par le chat forestier sera affinée sous réserve de la récolte de de nouvelles données de l’espèce. En fonction de ces dernières, un pourcentage de détection de l’espèce pourra être calculé. Les chemins de moindre coût (les meilleurs corridors) pour que l’espèce puisse traverser cette vallée pourraient être aussi identifiés.

La caractérisation des éléments de la trame boisée suivis ainsi que leur hiérarchisation pour les préserver ou les restaurer sur le corridor Bauges-Chartreuse sont prévus en 2021. Le suivi du 2è corridor, Chartreuse-Belledonne, sera entamé en juillet 2021.

Projet porté par la LPO dans le cadre du contrat vert et bleu Cœur de Savoie

Financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes