Un plan de conservation pour le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) et la Rainette verte (Hyla arborea) sur le territoire Cœur de Savoie

Un plan de conservation pour le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) et la Rainette verte (Hyla arborea) sur le territoire Cœur de Savoie

Discrets par leur taille (5 cm), dos couleur terre glaise contrastant avec le ventre jaune et noir, pupille en forme de cœur et chant doux et plaintif pour le premier ; vert pomme, arboricole et coassement nocturne puissant pour la seconde, le crapaud Sonneur à ventre jaune et la Rainette verte font partie des espèces phares liées aux boisements humides, dont alluviaux, du territoire de Cœur de Savoie. Espèces en danger, elles bénéficient ici d’un plan de conservation, co-porté par la LPO et le CENS, co-financé par la Région Auvergne Rhône-Alpes et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, dans le cadre du contrat vert et bleu Cœur de Savoie.

Les prospections menées en 2019 et 2020 ont permis d’en savoir plus sur leur répartition actuelle. Pour la rainette, présente dans les fonds de vallée, son aire de répartition globale s’est rétractée même si trois nouvelles stations ont été découvertes le long du Coisetan sur Saint-Pierre de Soucy. Pour le Sonneur, présent des fonds de vallée aux flancs de moyenne montagne, les populations sont dispersées et semblent relativement isolées. D’anciennes stations historiques en fond de vallée n’ont pas été retrouvées ; a contrario, deux nouvelles stations avec reproduction sur les côteaux boisés dans des vasques de torrents ont été découvertes sur Apremont et Cruet.

Rainette verte – Jérémie Hahn

A partir de cet état des lieux, des priorités d’actions ont été définies pour préserver les habitats forestiers terrestres via la stratégie foncière de préservation des boisements alluviaux du CENS et recréer des habitats aquatiques (mares spécifiques).

Parmi les sites forestiers prioritaires à préserver, on peut citer les anciennes forêts alluviales de Planaise et de la Chavanne.

Pour la création de mares selon des critères précis en fonction de l’espèce d’amphibien, les premières seront créées sur les terrains gérés par le CENS (3 mares à rainette ont d’ores et déjà été creusées sur Sainte-Hélène du Lac). Les secondes seront fonction des autorisations de travaux obtenus auprès des communes voire de propriétaires privés.  Le dialogue auprès des communes a commencé. Parmi les secteurs clés pour la rainette : l’APPB de Planaise et les mouillères présentes dans les champs attenants (plus d’une cinquantaine de chanteurs entendus en 2020), la Chavanne pour reconnecter les populations entre Planaise et Sainte-Hélène du Lac, ou Saint-Pierre de Soucy (cf. nouvelles stations).

Pour le Sonneur, espèce qui apprécie peu la concurrence avec d’autres amphibiens (espèce dite pionnière), renforcer le réseau de petites mares sur les stations historiques de Planaise et conforter dans le temps la présence du Sonneur sur les stations découvertes sur Apremont et Cruet en créant des pièces d’eau complémentaires sont les deux axes d’actions principaux en faveur des habitats aquatiques.

Il s’agira également de mettre à profit différentes opportunités comme les travaux de réouverture sous les lignes RTE qui pourront être accompagnés de creusement de mares.

Projet co-porté par la LPO et le Conservatoire d’Espaces Naturels de Savoie dans le cadre du contrat vert et bleu Cœur de Savoie

Financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse