Suivi des populations de cormoran

La LPO Savoie s'investit depuis de nombreuses années dans le suivi des populations départementales de grand cormoran

Après plus d'un siècle de persécution, la race continentale du Grand cormoran était fortement menacée en Europe occidentale, où ne persistaient plus en 1970 que 5300 couples répartis dans moins d'une dizaine de colonies dans les pays d'Europe du nord. Pour cette raison, la Directive Oiseaux de 1979 de la Communauté européenne a imposé à ses états membres la protection intégrale de cette sous-espèce et des habitats de reproduction, de migration et d'hivernage. Cette protection a entraîné un véritable boom démographique, favorisé par l'accroissement des ressources alimentaires en raison de l'eutrophisation croissante des eaux continentales et côtières et de la multiplication de plans d'eau et à une expansion géographique. La France, située au carrefour des voies de migration européenne, est rapidement devenu le pays le plus important pour l'hivernage de l'espèce. Dans ce contexte, la France a été pionnière dans l'organisation du suivi des hivernants, avec la mise en place d'un recensement national exhaustif des dortoirs de Grands cormorans à partir de 1983.

Grand cormoran © J. Valentin

 

Mi-janvier 2011, sur les 5 dortoirs inventoriés du département de la Savoie, le comptage des grands cormorans hivernants a été réalisé dans des conditions de visibilité correctes simultanément par les différents participants (DDT Savoie, Fédération de chasse de la Savoie, FRAPNA Savoie, ONEMA et LPO Savoie) : 205 oiseaux ont été contactés dont la grande majorité sur le lac du Bourget. Cet effectif est équivalent à celui de 2010 (212) et semble stabiliser l'effectif départemental après une phase de décroissance continue depuis 2005.

Le 13 avril 2012, aux côtés de la DDT Savoie et de la FRAPNA Savoie, la LPO Savoie, via ses bénévoles, a participé au recensement des effectifs nicheurs de grands cormorans sur l'unique site de nidification du département, le lac du Bourget.

92 nids occupés pour 172 oiseaux présents ont été comptés, soit une nette augmentation de la quantité de nids utilisés (42 en 2010), et une confirmation de la hausse des effectifs nicheurs.